Accueil Documents Catalogues, revues

Nus, ostensiblement nus

NON SIGNÉ
Nus, ostensiblement nus
"Avec Elles et Autres Feux", galerie Michel Journiac, Paris, 2010

... Les femmes volontaires d'Hervé Rabot ne sont pas des mannequins anémiques ou des porno-stars siliconées, ce sont des femmes « de tous les jours », des copines, des voisines, des collègues… Avec cet artiste, elles acceptent d’offrir la crudité de leur apparence corporelle à nos regards de mâles piégés. Mais le point de visée adopté ici est contrarié par le regard sans complaisance de ces femmes.

...
Avec Elles et Autres Feux, depuis le roncier, une suite photographique

BERNARD GERBOUD
Avec Elles et Autres feux, depuis le Roncier, une suite photographique
"Avec Elles et Autres Feux", Atelier C, 2009

Avec elles est le titre générique des recherches photographiques initiées par Hervé RABOT en 2004. En 2006, à Timisoara, dans le cadre des Secondes Rencontres internationales photographies, SurExpositions, qui avaient pour thème les Passages : entre exception et règle, autrement dit ces passages qui font transgression, la suite de cette recherche a été présentée avec un complément au titre générique : Avec elles et autres petites peintures. A mesure de l’évolution de cette recherche à récurrence thématique, le complément au titre générique change et lors de l’exposition du nouvel état de cette recherche, en un...

Le corps mis à nu

PHILIPPE CYROULNIK
Le corps mis à nu
Communiqué de presse de l'exposition, Galerie Isabelle Gounod, Paris, 2009

... Dans les nus d'Hervé Rabot, il n'y a pas une sublimation esthétique du corps mais au contraire une recherche sans concessions des tensions, des lignes de faille qui peuvent l'ouvrir comme une béance à lumière photographique, un art de sculpter l'exorbitante présence du nu, de la peau et des trouées qu'il offre en s'exhibant. Et si mise en gloire il y a, c'est celle de cette tension du corps exhibé à la limite de sa déchirure. Il se détache d'un fond bleu comme le manteau de la vierge ou rouge comme la chair ; un...

Un Noir Tellement Blanc

JEAN-MARC HUITOREL
Un Noir Tellement Blanc
Introduction à l'exposition à la Galerie du Triangle, Rennes, 1995

Hervé Rabot appartient à cette catégorie d’artistes qui, partis de la photographie de reportage, en ont retenu le principe ontologique, à savoir l’irréductibilité du référent. Cela doit ôter de l’esprit de quiconque regarde ces images, jusqu'à l’idée, forcément irrecevable, d’une photographie abstraite. C’est donc du monde qu’il s’agit. Encore et toujours. De ce monde résistant dont les artistes, depuis la nuit des temps, cherchent l’entrée et dont les meilleurs parviennent à soupçonner la prise de vue qui manquait, à l’image de cette meule que Flaubert   exhortait le jeune Maupassant à décrire comme personne avant lui ne l’avait décrite....

Annonciation à trois voix

CHRISTIAN GATTINONI
Annonciation à trois voix
École Nationale de la Photographie
Ministère de la culture et de la communication. Arles, 1995

A l’occasion des XXVI èmes Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles, L’ENP invite trois artistes enseignant la photographie en école d’art à présenter un aspect de leur recherche. Que soient remerciés pour cette collaboration Yves Rozet (Ecole des Beaux-Arts de Saint Etienne) et sa galerie Le Réverbère II, Hervé Rabot (Ecole des Beaux-Arts de Rennes) et sa galerie Michèle Chomette, et Christian Martinez (Ecole des Beaux-Arts de Toulon).

Le photographe offre à ses modèles une scène identitaire où peut se jouer aussi, comme l’écrit le psychanalyse Daniel Sibony, un « transe-faire ». La matérialité...

Peintures avec Elles

MICHELLE DEBAT
Peintures avec Elles
"Avec Elles & Autres Feux", galerie Michel Journiac, 2010

Ici, Le roncier – cette haie de végétation touffue – dans laquelle Hervé Rabot photographe jette son corps en aveugle comme d’autres, tels le poète mais aussi le danseur, jettent le leur sur scène, au public et donc dans la bataille; Ailleurs  Elles, ces corps nus – ou plutôt ces nudités – devant lesquels le photographe projette son regard cette fois-ci aveuglé par un désir laissé au soin de l’image inouïe ; du noir et du blanc mais aussi des éclats et même des aplats de couleurs dont les tonalités rejoignent dans leur justesse le nuancier des gris, les deux ici...

Le sismographe et le calligraphe

PHILIPPE DUBOIS
Le sismographe et le calligraphe
Discrets Séismes, Galerie Michèle Chomette, Paris, 2000

Il faut imaginer Rabot à l'œuvre, et pour cela se laisser aller à l'image, se glisser dans ses traces. Il faut vibrer au diapason de ses tremblements figuraux, se laisser porter par cette écriture de lumière qui s'offre comme une sismographie calligraphiée d'expériences intimes avec l'espace, le corps, le temps et les formes.

Imaginez la situation de départ (on ne peut guère que l'imaginer tant elle reste en amont de l'image, ne se donne pas à voir comme telle, tant il faut la reconstituer à partir de ses empreintes, comme un pisteur qui est amené...

Rabot dans son nom

BERNARD LAMARCHE-VADEL
Rabot dans son nom
Expositions Galerie Michèle Chomette, Paris et Galerie des Beaux-Arts de Nantes, 1989

Les années 70 , en France tout particulièrement , ont été consacrées , dans le domaine de l’art photographique à l’achèvement du projet historique de la photographie directe . Pour autant , selon le mot d’Emile Zola que « Rien n’existe vraiment avant d’avoir été photographié » , se clôt sous nos yeux , sans que jamais nous n’en voyons la fin , le projet du reportage jusque dans ses allures les plus inattendues . A cette clôture du compte rendu manifeste du monde manifeste , l’atelier photographique français qui...

Hervé Rabot, le corps simple

FRANÇOIS SOULAGES
Hervé Rabot, le corps simple
"Le corps, la galère : noir et blanc", musée de Toulon, 1988

Il a 36 ans et « se consacre de manière exclusive à la photographie » depuis cinq ans : il était architecte, il est maintenant photographe. Photographier, cela se fait quand on s’y donne avec tout son corps, tout son cœur, toute son âme. Rabot est dans le tout : il interroge autrement le rapport aux autres et au corps. Photographier, pour tout artiste, c’est interroger son point de vue. Rabot y réussit : il se coltine avec la matière de la photographie.

Trois choses le caractérisent : ses prix, ses expériences, ses expositions....

Hervé Rabot : La photographie, à rebours

FRANÇOISE DUCROS
Hervé Rabot : La photographie, à rebours
Art Press 1986

La photographie, dans la période de crise que nous connaissons, n’a pas renoué avec le reportage réaliste. En entrant à l’agence Viva en 1982, Hervé Rabot devait penser que les enquêtes sur le quotidien constituaient l’ample matière à partir de laquelle un photographe pouvait exprimer son rapport à la société. Il a toutefois renoncé immédiatement à la photographie documentaire en créant avec Patrick Toth et Frédéric Gallier une tendance dissidente à l’égard de la tradition du reportage.

Ce refus du message et de l’image significative n’est peut être, qu’une des multiples facettes des désengagements successifs apparus depuis plusieurs années, mais la photographie...